Aquafabesque aquafaba

AquafaQUOI ? On la refait ensemble : a-qua-fa-ba. Si vous traînez sur des blogs ou chaînes de cuisine végane alors ce mot vous est sûrement familier, et pour cause ! La découverte de ce produit par Joël a été une véritable révélation dans le monde de la cuisine végétale : il est désormais possible de réaliser très simplement et à moindre coût de merveilleuses mousses au chocolat, de sublimes meringues ou encore des macarons… Mais les possibilités ne se limitent pas à ça ! L’aquafaba m’a permis notamment de pouvoir réaliser des îles flottantes qui n’ont absolument rien à envier aux « vraies », ainsi qu’un dupe d’une pâte à tartiner très connue de l’autre côté du globe : le fluff. Ce sont autant de recettes que je réalise très souvent et qui permettent de bluffer à coup sûr n’importe qui : le meilleur moment n’est alors pas la dégustation, mais l’instant où l’on annonce à la personne en face de nous qu’elle vient de manger… du jus de pois chiche ! Et oui, l’aquafaba n’est rien d’autre que l’eau de cuisson des pois chiche (mais pas que), ou encore le liquide de conservation des conserves de cette petite légumineuse ronde.. Pour les recettes qui vont suivre, vous pouvez d’ailleurs parfaitement utiliser de l’aquafaba de conserve, mais je vous recommande grandement de le faire vous-même : c’est simple, économique, vous n’avez pas à craindre la présence de conservateurs ou autres additifs douteux pouvant être nocifs pour la santé ou encore non véganes mais surtout, je trouve à l’aquafaba de conserve un goût légèrement prononcé que je n’ai jamais décelé dans l’aquafaba maison. Autre point positif, l’aquafaba maison a l’avantage de monter en neige très, très rapidement.

Puisque j’en utilise dans certaines des recettes proposées, il me paraissait important de faire un petit aparté sur l’utilisation des huiles essentielles en cuisine : tout d’abord, toutes ne sont pas comestibles et certaines sont susceptibles d’avoir des effets peu désirables : certaines huiles peuvent être irritantes, neurotoxiques ou encore abortives et vous comprendrez donc qu’il soit important si ce n’est nécessaire de correctement s’informer avant tout emploi de ces petites fioles. Sachez qu’en général, on déconseille l’utilisation d’huiles essentielles aux personnes enceintes pendant le premier trimestre d’une grossesse, aux personnes allaitantes ainsi qu’aux enfants de moins de trois ans.
Il est aussi primordial de s’assurer de la bonne qualité de ses huiles : je me fournis personnellement sur La Compagnie des Sens et si rien ne vous oblige à en faire de même, vous trouverez sur leur site tout (ou presque) ce qu’il y a à savoir sur chacune des huiles essentielles ainsi qu’un guide permettant de comprendre l’importance de la qualité des huiles mais aussi de vérifier celle-ci.

Lire la suite

PRENDRE SOIN DE SOI (et des autres) : GUIDE D’UNE ROUTINE SANS SOUFFRANCE

Dans la vie, j’essaie toujours d’aller au plus simple ; peu avant de devenir végane, j’ai commencé par m’intéresser à des mouvements qui vous parlent sûrement – zéro déchet, slow cosmétique… J’ai alors pris conscience du fait que je n’avais pas besoin d’utiliser autant de shampoings et autres crèmes hydratantes, en particulier lorsque chacun de ces produits contenaient des dizaines d’ingrédients décriés par plusieurs organismes. Je suis devenue végane peu après et me suis alors mise à repenser totalement ma façon de m’occuper de mon corps, et donc ai forcément revu entièrement ma « routine ».
Aujourd’hui, cette routine se veut végane et cruelty free, éthique au possible, minimaliste et contenant le moins d’ingrédients controversés ; j’espère vous aider en vous la livrant, ainsi que quelques alternatives aux options conventionnelles !

LABELS & CONDITIONS

Tout d’abord, un point sur les labels : vous trouverez *ici* un tableau répertoriant les différents labels existants, du plus sûr au plus laxiste, ainsi que plusieurs marques et produits véganes et/ou cruelty free. Il faut notamment faire attention au label One Voice qui autorise certains produits d’origine animale et labellise des produits commercialisés en Chine, où les tests sur les animaux pour les produits venant de l’étranger sont obligatoires.

Pour qu’un produit atterrisse dans ma salle de bain, il doit répondre à plusieurs normes :
-être végane (et si possible certifié par un label de confiance)
-être cruelty free (« sans cruauté » : cela signifie que ni le produit fini ni ses ingrédients n’ont été testés sur des animaux)
-s’il s’agit d’un cosmétique, ma préférence va aux marques bio ; il ne doit pas contenir d’ingrédient problématique pour la santé ou l’environnement

Lire la suite